Modele tantella

. . Où est intégré l`information dans le circuit de pacemaker Drosophila? Chaque grand LNv envoie des projections contralatérales et ipsilatérales qui innervent la médulla et un petit neuropile à la marge interne de la médulla appelée médulla accessoire (AMe) des deux côtés du cerveau (figure 2) (Park et Griffith, 2006; Helfrich-Forster et coll., 2007). Cette caractéristique anatomique distincte suggère que la grande LNv médiation couplage bilatéral des deux hémisphères du circuit de pacemaker. Le grand LNv envoie sans ambiguïté des projections bilatérales à l`hémisphère opposé du cerveau du Drosophila (voir Park et Griffith, 2006 pour les remplissages à cellules uniques à haute résolution). Outre les grands LNv de nombreux autres neurones de l`horloge (Small LNv, LNd, DN1 et DN3) innervent l`AMe (Helfrich-Forster, 2003; Veleri et coll., 2003; Shafer et coll., 2006; Helfrich-Forster et coll., 2007). C`est peut-être là que les signaux oscillatoires ainsi que les signaux d`entrée de lumière sont intégrés pour former un circuit de pacemaker couplé. Les neurones de l`horloge se différencient à différents stades de développement. Small LNv sont les premiers à différencier et ont l`expression par et PDF du début du premier stade larvaire (Helfrich-Forster, 1997; Kaneko et coll., 1997). DN1a et DN2 commencent à exprimer le PER chez les larves du premier stade tardif, et ces cellules persistent par métamorphose (Kaneko et coll., 1997; Kaneko et Hall, 2000; Klarsfeld et coll., 2004). Il a été suggéré que le LND et le grand LNV sont présents à partir du stade larvaire de la fin du troisième stade, parce que des neurones faiblement étiquetés avec des schémas de projection caractéristiques (processus de pot-like pour le grand LNV et les projections au protocérébron dorsal pour le LND) ont été trouvés à la fin du troisième stade larvaire, et ces cellules pourraient être observées dans les premières pupes ainsi (Kaneko et Hall, 2000). Ces larves putatives de la LNd et de la grande LNv correspondent probablement à des cellules immunoréactives faiblement par-et-TIM, près de LN chez les plus anciennes (Kaneko et al., 1997).

Plus tard, on a confirmé que ces cellules faiblement étiquetées près de la larve LN sont en effet des précurseurs du LNd et du grand LNv (Helfrich-Forster et coll., 2007). On a pu observer l`expression per dans la majorité des DN1 et DN3 à partir du stade pupes tardif (Kaneko et coll., 1997).

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.